Communiqués

Grèves à la SNCF : un guichet unique pour les entreprises en difficulté

26 avril 2018

Depuis le 3 avril, les syndicats de la SNCF ont entamé un mouvement de grève de 48 heures tous les cinq jours qui impacte fatalement l'activité des TPE-PME.

Le 20 avril, le Président de la SNCF et François Asselin se sont vus pour évoquer les conséquences désastreuses des grèves sur l’économie. Guillaume Pépy a accepté de mettre en place un correspondant PME dédié aux adhérents CPME en difficulté à cause du mouvement social : du concret ! 

Un guichet unique confié à Jean Ghedira à la tête de la section clients et services de SNCF Réseau, pour que les entreprises notamment industrielles "qui ont des difficultés à fonctionner du fait de la grève puissent trouver un interlocuteur".

Le président de la SNCF a parlé d’or en rappelant que cette grève a été "inventée pour être low cost pour les salariés avec une pénalisation maximale des usagers et notamment des entreprises".

On ne saurait mieux dire.

Si la CPME salue donc cette initiative qui dénote une prise de conscience des difficultés des entreprises, elle rappelle les conséquences désastreuses de ce mouvement social à répétition. Conséquences directes d’une part pour certaines entreprises impactées dans leur activité au travers par exemple du blocage du fret ou de l’annulation de séjours touristiques. Conséquences indirectes sur l’image de notre pays d’autre part.

Il est donc impératif que la SNCF évolue et que la minorité de cheminots grévistes accepte enfin, à l’instar de ce que font les entreprises privées, de s’adapter aux évolutions de notre pays et du monde.

Les combats d’arrière-garde se heurteront aux réalités qu’impose l’ouverture à la concurrence.

Nos Autres
Actualités
Voir toutes nos actualités
 

Communiqués

L’allègement des seuils sociaux répond à une demande de la CPME

03 mai 2018

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, annonce dans le journal Le Parisien de ce matin, la "suppression du seuil de 20 salariés", ce qui devrait logiquement entrainer une baisse des charges pesant sur ces entreprises (contribution PEEC …). Il précise également que les PME devront dorénavant avoir franchi le seuil de 10 ou 50 salariés pendant 5 années consécutives pour se voir imposer les obligations fiscales et sociales qui y sont liées.